INFORMATIONS GENERAL

Le Patrimoine

Le patrimoine rural, aussi appelé patrimoine de proximité et, sans que cela minimise le moins du monde son importance culturelle, petit patrimoine, peut se définir au sens large comme l’ensemble des biens culturels matériels et immatériels, ainsi que le patrimoine naturel, transmis entre les générations en milieu rural. Le patrimoine culturel rural relève ainsi de domaines très divers : l'ensemble des sciences humaines, l’histoire et l’archéologie, l'architecture et les arts, les traditions orales, festives, les savoir-faire, etc. ; ainsi que l'ensemble des sciences naturelles: biologie, écologie, agronomie, aménagement des paysages, etc.

Le patrimoine rural intègre les maisons, rues et places de villages, chapelles, oratoires, avec les matériaux spécifiques à chaque « pays », les ouvrages de gestion et d’exploitation de l’espace rural et chacun des éléments architecturaux liés à la vie des villages : canal d’irrigation, pont, bassin, lavoir, four à pain, four à poix et à cade, moulin à marée, glacière, tour de berger, etc.). Il intègre également l'ensemble des particularités nouvelles de chaque site.

Le patrimoine rural constitue ainsi un bien qui appartient à l’ensemble de la collectivité. En effet, le patrimoine est le résultat des actions passées conduites par l’ensemble de la société rurale : production des paysages par les paysans et les habitants (bâti traditionnel), savoir-faire acquis et transmis par les artisans. De plus, aujourd’hui, la protection et la valorisation du paysage requièrent l’implication de tous les acteurs et la prise en compte des attentes de tous les habitants de l’espace rural : élus et experts, agriculteurs et sylviculteurs, protecteurs de la nature et chasseurs, résidents permanents et touristes.

Les composantes du patrimoine rural, en particulier les paysages, le bâti traditionnel et les savoir-faire, peuvent alors contribuer à façonner l’image des campagnes, et par-là même, à renforcer l’identité et la cohésion des communautés rurales.

Par ailleurs, valorisé au travers d’animations, de produits touristiques, artisanaux, de terroir, ce patrimoine, marchand ou non, contribue à l’attraction d’un territoire et à son économie

Pour conserver ces « lieux de mémoire », véritables livres d’architecture et d’histoire qu’ils représentent, il faut préserver et enrichir constamment toute la chaîne opératoire afin de placer notre démarche dans le contexte global de la valorisation du « patrimoine de pays » :

Le premier maillon est la connaissance de ce type de patrimoine. Nombreux sont aujourd’hui les chercheurs, érudits locaux et étudiants des écoles d’architecture passionnés par les techniques d’identification et de restauration du patrimoine architectural rural.

Le second est de rendre accessible au public cette connaissance, par des études et des publications contribuant à cette sensibilisation au « patrimoine de pays ». On ne peut aborder l’architecture et les techniques du patrimoine de pays sans comprendre la vie des hommes et des femmes !

http://lampspw.wallonie.be/dgo4/site_ipic/index.php/presentation/index