SAMBREVILLE

Sambreville se situe à 65 km (à vol d'oiseau) au sud de Bruxelles, à 25 km à l'ouest de Namur et 20 km à l'est de Charleroi, Arrosée par la Sambre et la Biesme, Sambreville a été fortement marquée par son passé industriel et verrier et en a gardé un visage dynamique, bien que reconvertie aujourd'hui en région rurale et semi résidentielle.sur les rives de la Sambre. Particularité issue de la fusion des communes, en 1977 : il n'y pas de village du nom de Sambreville. Née de la réunion de 7 villages : Arsimont, Auvelais, Falisolle, Keumiée, Moignelée,Tamines et Velaine-sur-Sambre, la commune a pris ce nouveau nom comme point commun des entités.

La rivière principale de la commune est naturellement la Sambre, qui la baigne au long de 11,5 km environ. S'y ajoutent quelques affluents, comme les ruisseaux de Fosses, de Grand Vaux et du fond du Gay. La Sambre et ses affluents appartiennent au bassin hydrographique de la Meuse, laquelle se jette dans la Mer du Nord.

L'altitude de Sambreville varie de 95 m (sur la grand place d'Auvelais) à 191 m (au seuil de l'église d'Arsimont). Des reliefs artificiels ont vu le jour tout au long de l'exploitation houillère dans les villages de la commune ; 11 terrils sont ainsi répertoriés comme tels par le Service public de Wallonie.

Aucune étude récente n'a compilé les données historiques et archéologiques de la commune. Pour retracer l'histoire de Sambreville, il faut élargir le champ de recherche aux grands centres religieux (OigniesFloreffeLiège) ou aux villes de grande importance (Namur, Charleroi). On peut ainsi raisonnablement poser quelques jalons fiables. Globalement, l'histoire de la commune se confond avec l'histoire de la Région, voire du pays : préhistoire, conquête romaine et empire mérovingien sont ici mal connus. Le bas Moyen Âge, mieux documenté, permet de détailler le partage du territoire. Mais dès le xvie siècle, l'histoire européenne se joue au niveau des États, au pied des places fortes et dans les capitales. Il faut attendre la période industrielle pour retrouver des informations plus fournies sur les villages qui formeront Sambreville en 1977.

Préhistoire

La vallée de la Sambre et, plus généralement, le bassin hydrographique de la Meuse, ont livré de nombreuses découvertes archéologiques. À la fin de la dernière glaciation, autour de 12 000 ans avant notre ère, le climat de nos régions s'adoucit ; les glaciers reculent, et la zone d'influence humaine s'accroît vers le nord de l'Europe. Les massifs calcaires qui bordent les cours d'eau de l'Entre-Sambre-et-Meuse offrent de nombreux abri naturels (grottes et abris sous roche), des postes d'observation et des refuges en cas de crue. Les sites de Spy, Namur, Dinant et leurs alentours attestent d'une présence humaine dans les vallées de la Sambre et de la Meuse, remontant au moins au Paléolithique.

En 1988, la découverte fortuite d'ossements remontant au Mésolithique a conduit à la fouille partielle d'une petite cavité naturelle, la grotte de Claminforge au sud de Falisolle. Les vestiges de 5 sépultures y ont été identifiés. À Velaine, plusieurs découvertes fortuites et un menhir témoignent d'une présence humaine depuis le Néolithique.

Antiquité

Des découvertes archéologiques du xixe siècle établissent les preuves d'une occupation romaine de la région, au début de notre ère. En 52 av. J.-C., les armées romaines ont terminé leur campagne en Gaule, et la frontière de l'Empire se fixe pour un temps bien au nord de l'actuelle Sambreville. La proximité relative de sites importants et connus (Namur, Dinant, Nivelles) ne permet pas de douter d'une présence romaine, mais sa nature exacte reste incertaine encore dans la commune.

Moyen Âge

Le territoire de Sambreville était écartelé entre les autorités politiques et religieuses des grands domaines, duché, comtés, principauté. Située à la frontière entre les anciens comtés de Namur et de Hainaut, mais appartenant globalement au comte de Namur, la commune actuelle comportait des enclaves liégeoises et brabançonnes sur son territoire. Il est probable que, aucune famille d'importance n'y ayant vu le jour, les territoires constituant l'actuelle commune de Sambreville soient passés d'une escarcelle à l'autre sans rencontrer d'opposition. Auvelais, cité dès 1113, était ainsi partagé entre l'autorité religieuse de Fosses-la-Ville, pour l'un de ses quartiers actuels, dépendant de Liège, et de celle de Namur pour d'autres. Keumiée, comme Velaine, passa des mains namuroises, au xiie siècle, sous l'autorité brabançonne au xive siècle, puis relève de la cour d'Aerschot au xvie siècle. La paroisse-mère de Moignelée perd sa prééminence au profit du prieuré d'Oignies, lors de sa fondation au xiie siècle. Le village même de Moignelée appartenait encore au duché de Brabant, alors que son autorité religieuse dépendait de Liège…

Époque contemporaine

L'histoire récente de la commune est marquée par deux éléments ; l'exploitation houillère et les crimes de guerre allemands du mois d'août 1914.

  • La société anonyme des charbonnage de Tamines exploita plusieurs puits, de 1827 à 1965. Elle n'inaugura sans doute pas l'exploitation du charbon, mais c'est la seule société constituée à avoir industrialisé le processus.
  • Au début de l'offensive allemande, au cours de la bataille de Charleroi, qui se déroule au milieu du mois d'août 1914, plusieurs centaines de civils sont passés par les armes. Les victimes de ce qui fut appelé le Massacre de Tamines, à l'instar de celui de Dinant, furent honorées dans un cimetière leur étant entièrement dédié, autour de l'église de Tamines.

Population et société

Au 1er janvier 2015, la population totale de cette commune était de 27 897 habitants (13 431 hommes et 14 466 femmes). La superficie totale est de34,1965 km² ce qui donne une densité de population de 818,79 habitants par km²